la-vie-au-grand-air-572-septembre-1909

Les coupes MichelinImprimer

Auteur : F.M.

Année de publication : 1909

Titre de l'ouvrage : La vie au grand air - septembre 1909 - N°572

Editeur : La Vie au Grand Air

Partager

Les coupes Michelin constituent deux des plus beaux challenges offerts aux aviateurs. Voici la Grande Semaine de Champagne terminée, et l’on reste ébloui des exploits de nos aviateurs. L’aéroplane qui, hier encore n’était qu’un curieux jouet scientifique, est aujourd’hui devenu un admirable instrument de locomotion.

MM. Michelin et CIe n’ont pas attendu ce jour pour encourager la science nouvelle. Ils ont, dès les débuts de l’Aviation, compris le rôle qu’elle serait appelée à jouer, et ont pour elle, fondé deux prix magnifiques. En 1908, Ils ont créé: la Coupe Michelin, avec 160.000 francs de prix, et le Grand Prix Michelin, avec un prix unique de 100.000 francs. Tous ces prix réunis forment la jolie somme de 385.000 francs. Voici les points principaux des règlements de ces coupes.

Cette coupe internationale peut être disputée et gagnée dans tous les pays fédérés et reconnaissant les mêmes règlements. Le gagnant sera le pilote de l’appareil qui, avant le 31 décembre au coucher du soleil, aura parcouru la plus grande distance en circuit fermé et sans contact avec le sol. Cette distance devant être au minimum de 20 kilomètres.
Le gagnant de la Coupe recevra, en même temps que la réplique en bronze d’un objet d’art d’une valeur de 10.000 francs qui constituera la Coupe, une somme de 20.000 francs, laquelle lui sera versée dans les trente jours de l’homologation de son record.

Ce prix sera attribué au pilote du premier appareil à deux places occupées qui établira avant le 1 janvier 1918 le record suivant, homologué par l’Aéro-Club de France.
L’envolée d’un point quelconque des départements de la Seine ou de Seine-et-Oise, faire un cercle complet autour de la verticale de l’Arc de Triomphe, ensuite, et de même, autour des flèches de la cathédrale de Clermont-Ferrand, et venir se poser au sommet du Puy-de-Dôme (altitude 1.465 mètres) dans un délai moindre de six heures.
Il lui sera versé, dans les trente jours qui suivront l’homologation de son record, une somme de 100.000 francs en espèces.

MM. Michelin ont en outre, créé « the British Empire Michelin Cup », d’une valeur de 500 livres sterling, qui devra se disputer entre aviateurs anglais.

L’on ne peut que remercier, comme il convient, MM. Michelin et Cie des sacrifices accomplis, pour les progrès de l’Aviation, et féliciter les aviateurs d’avoir trouvé de si précieux et de si rares encouragements.