la-vie-au-grand-air-572-septembre-1909

Les succès des WrightImprimer

Auteur : J.B.

Année de publication : 1909

Titre de l'ouvrage : La vie au grand air - septembre 1909 -N° 572

Editeur : La Vie au Grand Air

Partager
Le biplan construit sur le modèle américain fait fort bonne figure entre les mains de ses conducteurs français.

La première journée du Meeting fut la journée des Wright. Le vent était assez violent, et alors que tous les autres restaient sous leur hangar, leurs biplans sortaient bravant les rafales et ils enlevaient les premières places dans toutes les épreuves qu’ils disputaient.

Lefèvre se qualifiait le premier dans les éliminatoires de la Coupe Gordon-Bennett. Le Prix de la Vitesse échéait à Tissandier, couvrant les 30 kilomètres en 28 m. 59 s. 1/5, suivi de Lambert à 1/5 et de Lefèvre à 2/5 de seconde, résultat qui montre mieux que tous les commentaires la parfaite régularité des appareils Wright construits par la Société Ariel, puisque, conduits par des pilotes différents, ils arrivent tous les trois en 3/5 de seconde.

De même, dans le Tour de piste, Lefèvre, Tissandier et de Lambert se classaient dans cet ordre. Lefèvre s’est dévoilé comme un pilote admirable. Il n’en est pas un à Bétheny qui prît les virages aussi courts que lui. La maestria avec laquelle il volait, décrivant des cercles de 100 mètres de diamètre à peine, montre bien la facilité de direction de l’appareil, puisque Lefèvre a appris seul à s’en rendre maître, sans recevoir de leçons de qui que ce soit.

Naturellement, les Wright ne pouvaient pas garder jusqu’à la fin toutes les places d’honneur. Ce ne sont pas des machines de pure vitesse que la Société Ariel a voulu construire, mais des appareils stables et maniables, susceptibles de donner satisfaction aux touristes et aux hommes de sport.

L’appareil de pure vitesse viendra plus tard et on peut être sûr qu’il sera digne de ses devanciers.

J. B.