ving-cinq-ans-aeronautique-francaise-1907-1932-t1

Les traversées Aéro-maritimes (1909-1914)Imprimer

Auteur : Lucien Marchis

Année de publication : 1934

Titre de l'ouvrage : Vingt-cinq ans d'Aéronautique Française

Editeur : La chambre syndicale des industries Aéronautiques

Partager

Renouvelant l’exploit historique de Louis Blériot (25 juillet 1909), Jacques de Lesseps, le 21 mai 1910, effectua la seconde traversée de la Manche en avion, sur un monoplan Blériot portant un moteur Gnome 50 C.V. L’aviateur gagna ainsi le Prix Ruinart (12.500 frs), créé le 4 décembre 1906 pour un appareil volant effectuant la traversée de France en Angleterre ou inversement. L’aviateur, parti de l’endroit même où s’était élevé Louis Blériot, effectua la traversée (42 kms) en 42 minutes; il était convoyé par le contre-torpilleur Escopette. A la suite de ce vol, de nombreux aviateurs traversent comme en se jouant la Manche.

Toutefois, de 1909 à 1914, les traversées aéro-maritimes sont rares. Citons les principales effectuées par des pilotes français ou sur appareils français:
1°) Voyage sur appareil français du lieutenant Widmer, de Trieste à Venise (septembre 1911), effectuant ainsi la première traversée de l’Adriatique (130 kms).

2°) Voyage de Nice à l’île de Gorgona, près de la côte italienne (200 kms), par le lieutenant aviateur Bague. Celui-ci se perdit corps et biens dans un nouvel essai de traversée de France en Corse.

3°) Traversée de la Méditerranée de Tunis à Marsala (Sicile) (228 kms), par Roland Garros, sur monoplan Morane-Saulnier, Gnome 50 C.V. (18 décembre 1912). Durée de la traversée: 2 h. 33 m. Vitesse moyenne: 95,664 km/hre. De Marsala, l’aviateur repartit le même jour pour Trapani; mais un accident se produisit au réservoir d’essence lors de l’atterrissage. Garros ne put continuer son voyage sur Rome que le 21 décembre 1912. Ce jour, il parcourut 240 kms au-dessus de la mer Tyrrhénienne en longeant la côte; il fit une première escale à Milazzo, puis de là à Santa Eufemia, près de Pizzo (Calabre). Le 22 décembre, il alla de Pizza à Naples (302 kms en 2 h. 7 m.), puis de Naples à Rome (195 kms en I h. 33 m.). Le voyage Tunis-Marsala-Trapani-Pizzo-Naples-Rome fut donc accompli en 13 h. 48 m. de vol, pour une distance de 1. 100 kms.

4°) Double traversée de l’Adriatique: Venise-Trieste-Venise (256 kms), effectuée, le 21 décembre 1912, par Chemet sur hydroaéroplane Borel. L’appareil franchit d’abord en I h. 20 m. environ les 128 kms de mer séparant Venise de Trieste; après avoir touché cette ville, l’appareil fut obligé, au retour, d’amerrir en pleine mer sous une bourrasque de neige; il repartit par ses propres moyens pour Venise.

5°) Traversée de la Méditerranée en un seul vol de Saint-Raphaël à Bizerte, effectuée pour la première fois, le 23 septembre 1913, par Roland Garros, sur un monoplan Morane-Saulnier, Gnome 80 C.V., hélice Chauvière (avion terrestre sans moyen de flottaison). Parti de Saint-Raphaël à 5 h. 47 m., Garros atterrit à Bizerte à 13 h. 40 m., ayant franchi 780 kms environ au-dessus de la mer en 7 h. 53 m., soit une vitesse moyenne de 101 km/hre.

Cette traversée est l’une des plus brillantes performances gui aient été réalisée dans la période antérieure à 1914; elle doit trouver place à côté de la traversée de la Manche par Blériot, de celles de l’Atlantique Nord par Lindbergh (New York-Paris) et par Costes et Bellonte (Paris-New York).