1908-2008-aeronautique-un-siecle-industrie-francaise

1908-2008 Aéronautique et EspaceImprimer

Auteur : Patrick Guérin, Gérard Maoui

Année de publication : 2008

Editeur : Le cherche midi

Partager

Le XXe siècle a été le siècle de la troisième dimension, celui de l’aviation. Cinq siècles après les grands navigateurs qui découvraient les routes menant à des continents inconnus, des pionniers vont explorer les voies du ciel.

Dans cette conquête du ciel, les Français ont joué un rôle de première importance. Au début du XXe siècle, la France a vu éclore nombre d’initiatives menées par des hommes audacieux dont le seul rêve, le seul objectif était de décoller du sol et de voler à bord d’un appareil plus lourd que l’air, propulsé par un moteur et doté de commandes afin de pouvoir aller dans la direction souhaitée. À la fois inventeurs, constructeurs et pilotes de leurs propres machines, ces pionniers, par leur audace et leur témérité, attirèrent l’attention du public, de la presse, des autorités civiles et militaires et aussi celle de riches mécènes.

Entre 1900 et 1908, les initiatives personnelles furent nombreuses, suscitant même une certaine compétition entre constructeurs. Très vite, à partir de 1908, le stade artisanal fut dépassé et devant l’engouement général et les progrès réellement accomplis, un secteur industriel nouveau, modeste mais très dynamique se créa en France et certains, sentant qu’il fallait organiser, structurer et coordonner les efforts de chacun, décidèrent de se regrouper et donner à la construction aéronautique une vraie représentativité.

En janvier 1908, un groupe de pionniers de l’aviation dont les noms vont entrer dans l’histoire, Robert Esnault-Pelterie, Louis Blériot, Louis Breguet, Gabriel Voisin et quelques autres, sent la nécessité de se dégager de la tutelle de l’industrie automobile et d’affirmer la vocation du plus lourd que l’air. Ils se réunissent à l’Automobile-Club de France pour examiner la possibilité de créer une chambre syndicale chargée d’imprimer « un caractère industriel et commercial à ce qui avait été jusqu’alors considéré comme un sport ». La création d’une chambre syndicale des industries aéronautiques était votée à l’unanimité sous la présidence du marquis de Dion. Deux jours plus tard, Henry Farman effectuait à Issy-les-Moulineaux le premier vol d’un kilomètre en circuit fermé.

Pour manifester publiquement leur dynamisme, ils organisent, à l’automne 1909 au Grand Palais, la première exposition internationale aéronautique. Cette exposition est l’ancêtre de l’actuel Salon international de l’aéronautique et de l’espace de Paris-Le Bourget, qui fêtera aussi son centenaire en juin 2009.

En juillet 1910, Robert Esnault-Pelterie et André Granet sont respectivement investis des mandats de président et de secrétaire général de la Chambre syndicale des industries aéronautiques. Elle devient Union syndicale en 1958, puis élargit ses compétences à l’espace et aux équipements en devenant USIAS en 1961. Enfin, en 1975, elle devient un groupement sous l’appellation actuelle de GIFAS.

Cette industrie a donc cent ans aujourd’hui. Cent ans, c’est peu et beaucoup à la fois, mais quels progrès foudroyants, quelles énergies, quels sacrifices, quelles idées nouvelles ont marqué le développement de l’aéronautique, puis la conquête spatiale, pendant ce siècle.

Avec le recul de l’histoire, n’est-il pas tout simplement fabuleux d’être passé du biplan de Henry Farman qui, le 13 janvier 1908, à Issy-les-Moulineaux, bouclait le premier kilomètre en circuit fermé, c’est-à-dire en effectuant volontairement un virage pour revenir à son point de départ et à l’endroit qu’il voulait atteindre – le premier vol réellement « piloté » – au vol quotidien de l’Airbus A380 dont les 600 tonnes traversent les océans avec près de six cents passagers à bord et ce dans le plus grand confort et en toute sécurité. Cette extraordinaire évolution, bien sûr due au génie humain, n’aurait jamais été aussi fulgurante, aussi rapide – le temps de la vie d’un homme – sans la passion qui a toujours animé ceux qui, à tous les titres, constructeurs, concepteurs, ingénieurs, pilotes, techniciens et ouvriers en ont été et en sont encore aujourd’hui les acteurs.