bluff-ou-atout

Bluff ou AtoutImprimer

Auteur : LT. GENERAL H.J. RIECKHOFF

Année de publication : 1947

Editeur : Marguerat

Partager

NOTE DE L’ÉDITEUR

En présentant au public la version française de Trumpf oder Bluff ? 1, nous croyons qu’il est de notre devoir de renseigner également le lecteur sur le sort du General-leutnant H. J. Rieckhoff :
Le jour où nous remettions à l’imprimeur le dernier « bon à tirer », nous fûmes informés (de même qu’Inter-avia S.A., éditeur de la version originale) que l’auteur, toujours considéré par nous comme un réfugié politique — et dont l’œuvre tendait à confirmer qu’il n’avait nullement été un adepte du nazisme — avait été expulsé par la police fédérale et remis aux mains des forces britanniques d’occupation en Allemagne.

Nous avions donc été victimes de notre bonne foi, et nous étions laissés prendre aux dehors pacifiques comme aux démocratiques protestations d’un ancien officier supérieur nazi. Peut-être, toutefois, sommes-nous dans une certaine mesure excusables, si l’on tient compte qu’au nombre des dupes du Generalleutnant Rieckhoff, figure un service aussi remarquablement organisé que le Département fédéral compétent.
1 Interavia S.A. 1945.

Ceci dit, nous tenons encore à préciser que si nous n’avons cependant pas renoncé à publier Bluff ou atout ? c’est parce que nous sommes convaincus qu’il s’agit là d’un témoignage certainement objectif, et jusqu’alors unique, permettant d’obtenir une vue d’ensemble de la défunte Luftwaffe. Nous croyons que vu sous l’angle de l’information, Bluff ou atout ?, ouvrage dans lequel, répétons-le, l’auteur ne se pose pas un instant en défenseur du régime hitlérien, ne saurait être tenu pour une provocation — puisqu’il s’agit la plupart du temps, sur le plan technique et militaire comme sur le plan humain, d’expériences qui pourraient être corroborées par maints témoignages.

De même, par son rang et ses fonctions, le ci-devant général Rieckhoff s’est trouvé mêlé à tous les actes du drame allemand, et fut le spectateur de toutes les manœuvres qui se déroulaient dans les coulisses. Ainsi peut-il révéler les dessous de maints événements, exposer en pleine lumière certaines personnalités, dont nous n’avons connu que l’apparence truquée par les services du Dr Gœbbels.
En conséquence, et sans que nous prenions pour autant la défense du ci-devant général H. J. Rieckhoff, croyons-nous devoir publier ce document.

L’éditeur.